Rechercher

La chronique de Marine Pidoux




A quelques jours de pouvoir remettre mon casque et mes gants, il est temps pour moi de vous livrer ma première chronique pour les lecteurs de France Racing. Après un petit passage dans la région Bordelaise pour prendre un grand bol d’air et profiter de mes proches, il me tarde de retrouver la piste et ma voiture pour confirmer le bon début de saison.

En attendant, je vous fais revivre mon premier meeting 2017

Mon premier week-end au Val de Vienne qui se déroulait le 8 et 9 avril dernier. J’ai changé de championnat pour évoluer dorénavant en Free Racing GT/Berlines dans la catégorie GT Cup. Ce championnat nous permet d’évoluer avec de sacrées autos telles que des GT3, GT4, Super Tourisme Silhouette, GT issues de coupes de marques ou encore des autos à châssis tubulaires comme la mienne.

Avec ma voiture de 330 chevaux pour 890 kilos, se mesurer à des autos telles qu’une 406 Silhouette, Aston Martin Vantage ou une Audi R8 LMS GT3, était quelque chose d’impensable. Et pourtant…

Le rêve Speed Car

Grâce à Speed Car et Pascal Destembert, tout ceci est à présent réalisable. Ma voiture, je l’adore. De savoir que c’était celle de Sébastien Loeb est vraiment fantastique.

Depuis l’été 2016, Pascal ma prit sous son aile et à su m’apporter les conseils et astuces nécessaires pour enfin pouvoir dompter ce monstre. Aujourd’hui les résultats sont là en regardant la première manche au Vigeant.

Le début de saison me tardait de commencer. Pour ce premier rendez-vous, je partageais ma voiture avec Bertrand Migout qui assurait le rôle de pilote A.

En Free Racing, il y a 3 courses par meeting. Les deux premières courses étant sur un format Sprint de 20 min, c’est Bertrand qui assurait la première course tandis que moi, je courais dans la seconde. Pour la dernière course, elle est sur un format de 40 min, ce qui veut dire que nous nous partagions le baquet.

Première manche, Val de Vienne

A ma plus grande surprise, je parvenais à me hisser en première ligne notre voiture aux côtés de la voiture sœur du Team emmenée par Serges Nauges. Grâce à mon deuxième temps de qualification, Bertrand en profitait pour partir lors de la course 1 aux avant-postes et franchissait la ligne 3ème. Ceci allait me permettre de partir lors de ma course en 2ème ligne juste derrière Serges Nauges et Franck Diversay sur sa 406 Silhouette.

Profitant d’une auto parfaitement réglée et d’un circuit que j’affectionne particulièrement, je suis resté constante sur mes chronos tout en restant la plus propre possible afin de ne faire aucune erreur. Après 11 tours couverts, je franchissais  la ligne d’arrivée à la 3ème place, ce qui m’a permis de m’offrir mon premier podium de l’année.

Grâce à nos deux podiums, nous partions avec Bertrand à la 3ème place sur la grille de départ de la course longue.

Dès le départ, Bertrand restait ultra constant et conservait sa place. Hélas, lors du changement de pilote, un problème technique nous fait perdre énormément de temps et des places. Bertrand étant beaucoup plus grand que moi, notre siège était réglé à la longueur de ses jambes, il restait coincé et impossible de le débloquer.

Après d’interminables minutes d’attentes pour résoudre le problème, mon équipe décide de me rapprocher le plus possible des pédales et du volant. Malheureusement les réglages restaient anarchiques .

Je repartais alors des stands très loin dans le classement et j’entamais une remontée entre les Berlines composant une partie du plateau GT/Berlines pour finalement échouer au pied du podium. Le côté positif, c’est d’avoir remonté 20 places pendant mon relais.

Résultats de première classe

Cette dernière course fut très compliquée pour moi. Il faut savoir qu’il est ultra important d’être très bien assis dans son baquet afin de ressentir la voiture . Dans les circonstances auxquelles j’ai été confrontée je ne ressentais pas mon auto ce qui était très compliqué pour piloter.

Ce sont des aléas de courses qui peuvent arriver à tout le monde. Le plus important est que je me suis battue malgré les circonstances. Je rentre de mon week-end très fière de mes résultats ainsi que de ma progression. En attendant le prochain meeting qui arrive à grand pas, j’espère que vous aurez apprécié ma première chronique.

À présent place à Lédenon ou je retrouverai ma monture pour en découdre une fois de plus avec ces voitures de rêve. Je vous attend nombreux le 5 et 6 Mai prochain pour venir m’encourager.


Source France racing : https://franceracing.fr/portrait/chronique-de-marine-pidoux/

4 vues